Marseille au coeur

11 février 2019

Articuler luttes et propositions concrètes : un objectif révolutionnaire.

Ce week-end se déroulait le congrès de l’Union Sociale Démocratique à Marseille.

Beaucoup de monde (on me dit 200 dans l’oreillette !), des débats enflammés, des ateliers passionnants, et beaucoup de fatigue ! Je suis très heureuse que les adhérentes et adhérents de notre mouvement m’aient fait confiance en m’élisant déléguée nationale de l’USD, aux côtés d’Etienne Felard, qui fort de de son expérience, saura m’accompagner ! Un grand merci à Jonathan Dima-Ruggiano, délégué national sortant qui ne se représentait pas, pour son soutien et ses conseils.

Je vous l’avoue, organiser un tel évènement en moins d’un mois fut un défi éprouvant, mais passionnant, et rien n’aurait été possible sans l’aide d’Ahmed Djourhi, dont je suis fière d’annoncer l’élection au sein de la coordination nationale de l’USD. Désormais, nous sommes deux marseillais dans les instances de notre mouvement, fiers de porter l’esprit sudiste !

Côté programme, c’est le texte intitulé « « Unité, Solidarité, Ecologie : face au capitalisme, un nouveau contrat social et écologique. » qui devient la feuille de route de l’USD pour les prochaines années. En résumé, il s’agit d’articuler luttes sociales/environnementales et propositions concrètes, tout en ne perdant pas de vue un objectif transformateur/révolutionnaire !

A Marseille, je vous donne rendez-vous mardi 26 février à partir de 20h30 pour une réunion consacrée aux luttes locales (mal-logement, régie publique) et à l'actualité nationale (Gilets Jaunes, européennes). Les infos sont ici : https://unionsocialedemocratique.asso-web.com/evenement-175-reunion-de-lusd-13.html

Amitiés militantes !

Marie Fructus.

Posté par mariefructus à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 février 2019

Manifestation contre les violences policières et le racisme

Posté par mariefructus à 19:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 janvier 2019

Aller de l'avant, ensemble !

Union Soci@le DémocratiqueDepuis des mois, une part de plus en plus importante de la population se révolte, tous les weekends, contre la précarité et pour la justice fiscale. L'unique réponse du gouvernement ? Une répression brutale, à laquelle vient s'ajouter un projet législatif liberticide.

La situation que vit actuellement notre pays exige que nous portions des solutions novatrices, ensemble.

Les 9 et 10 février 2019, se tiendra, à Marseille, le congrès extraordinaire du mouvement dans lequel je suis engagée, l'Union Sociale Démocratique (USD).

Déjà animatrice du groupe de travail "Les écologistes" au sein du mouvement, j'ai pris la décision d'accentuer mon engagement en présentant ma candidature à la délégation nationale de l'USD.

Mon ambition se résume à une phrase : articuler de façon complémentaire la nécessaire transition écologique et énergétique, avec un changement radical du système économique et démocratique.

Un grand projet qui ne se fera pas sans vous !

Bref, les 9 et 10 février, rendez-vous à Marseille !

Marie Fructus

 

La page web du congrès : https://unionsocialedemocratique.asso-web.com/evenement-162-congres-2019-de-lusd.html

Posté par mariefructus à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 décembre 2018

#BalanceTonTaudis

Le journal "La Marseillaise" à lancé la plateforme BalanceTon Taudis afin de localiser sur la ville les différents immeubles insalubres ou menançants de s'effondrer : http://www.lamarseillaise.fr/balancetontaudis 

Posté par mariefructus à 09:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 décembre 2018

Zineb Redouane, octogénaire décédée suite à une blessure par une grenade lacrymogène

Il est possible que vous n’ayez même pas entendu le nom de cette octogénaire, décédée à Marseille, semble-t-il des suites d’une blessure par une grenade lacrymogène.

La faible couverture médiatique des exactions d’une poignée de forces de l’ordre est parfois problématique, surtout quand on la compare à celle des exactions d’une poignée de manifestants…

Source : France TV info, AFP, 04-12-2018

Des plots de grenade ont été découverts chez la femme, qui résidait près de la Canebière où ont éclaté les violents incidents samedi.

Une manifestation de “gilets jaunes” à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 1er décembre 2018. (MAXPPP)

Un drame et des questions. Une femme de 80 ans est morte, dimanche 2 décembre, lors d’une opération chirurgicale après avoir été blessée la veille chez elle par des éléments d’une grenade lacrymogène. Le projectile a été tiré pendant des heurts qui ont opposé les forces de l’ordre à des manifestants lors de la mobilisation des “gilets jaunes” à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Quand a eu lieu le drame ?

La journée du samedi 1er décembre a été marquée par plusieurs manifestations dans la cité phocéenne, à l’appel des “gilets jaunes”, de la CGT mais aussi d’un collectif né après la mort de huit personnes dans l’effondrement de deux immeubles le 5 novembre dans le centre-ville. En fin de journée, de violents incidents ont éclaté, sur le Vieux-Port, puis sur la Canebière. Les CRS se sont retrouvés en sous-nombre.

Des grenades ont été tirées “dans tous les sens”, rapportent des témoins, cités par La Provence. “La situation était très tendue, c’était bouillant, on a pris des pavés”, explique également une source policière à Mediapart.

Comment l’octogénaire a été touchée par un lacrymogène ?

Zineb Redouane, née en juillet 1938 et de nationalité algérienne, fermait les volets de son appartement samedi, au quatrième étage d’un immeuble de la rue des Feuillants, dans le 1er arrondissement de Marseille, proche de la Canebière, lorsqu’un projectile l’a heurtée au visage.

La victime, une femme “à la santé fragile”, était “en train de fermer ses volets pour éviter les fumées de bombes lacrymogènes et en a reçu une en pleine face”, a assuré à l’AFP Salim Moussa, avocat d’une amie de la victime qui habite l’immeuble en face.

“Samedi vers 17h30, entendant le brouhaha dans la rue, ma mère en refermant les volets de sa fenêtre pour éviter les fumées a croisé le regard d’un CRS positionné en face de son immeuble. Celui-ci l’a immédiatement mise en joue et a tiré une grenade avec son fusil, il l’a atteinte en plein visage. Ses voisins l’ont immédiatement évacuée à l’hôpital”, raconte pour sa part son fils Sami Redouane au site algérien Maghreb Emergent.

Ce témoignage va dans lemême sens que ceux des voisins de la victime. “Quand je suis arrivée, témoigne Nadja à Libération, elle sortait de la salle de bains une serviette en sang sur la mâchoire. Elle criait : ‘Ils m’ont visée, ils m’ont visée !’ L’appartement était rempli d’une fumée noire. Elle m’a racontée que deux policiers en tenue se trouvaient sur le trottoir d’en face de la Canebière et lui ont tiré dessus.”

Interrogée par Mediapart (article payant), une source policière marseillaise est pour sa part sceptique sur l’origine du projectile. Ilindique ainsi que les lance-grenades sont conçus avec un coude pour éviter les tirs tendus et ne peuvent tirer qu’en parabole. “Normalement ça sert à défendre contre des assaillants, pas à tirer sur un immeuble et comme ça part en parabole, ça semble compliqué d’atteindre un quatrième étage”, développe cette source.

Où en est l’enquête ?

Transportée à l’hôpital, l’octogénaire y a été opérée mais est morte “d’un choc opératoire”, a déclaré le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux. Elle a été victime d‘”un arrêt cardiaque sur la table d’opération”, a-t-il précisé.

L’autopsie a révélé que le “choc facial n’était pas la cause du décès”. Des plots de grenade ont pourtant été retrouvés chez la victime. Plus précisément, il s’agit de deux capsules actives de 10 grammes de gaz projetés par les grenades MP7, développe La Provence. Une fois lancée, chacune libère sept palets qui dégagent un épais nuage gazeux.” Une enquête de l’IGPN a été ouverte.

Source : France TV info, AFP, 04-12-2018


GILETS JAUNES: «L’ALGÉRIENNE TUÉE À MARSEILLE A ÉTÉ DIRECTEMENT VISÉE PAR LES POLICIERS»

Source : Maghreb Emergent, Lynda Abbou, 03-12-2018

Contacté par Maghreb Émergent, Sami Redouane, le fils de l’octogénaire algérienne Zineb Zerari épouse Redouane, décédée hier à Marseille, en France, suite à une blessure lors des émeutes des « gilets jaunes » samedi, a déclaré que deux policiers ont délibérément tiré une grenade lacrymogène sur sa mère.

« Samedi vers 17h30, entendant le brouhaha dans la rue, ma mère en refermant les volets de sa fenêtre pour éviter les fumées, a croisé le regard d’un CRS positionné en face de son immeuble. Celui-ci l’a immédiatement mise en joue et a tiré une grenade avec son fusil, il l’a atteinte en plein visage. Ses voisins l’ont immédiatement évacuée à l’hôpital », raconte Sami Redouane.

Le fils qui vit à Alger et qui n’a pas le visa a pu avoir un très court échange avec sa mère au téléphone avant son agonie. Il a aussi échangé avec le docteur qui avait pris en charge sa mère et qui l’avait pourtant rassuré.

« Le médecin chirurgien m’a dit que ma mère souffrait d’une fracture au niveau de la mâchoire supérieure et qu’il lui fallait une intervention chirurgicale bénigne qui ne nécessitait pas plus d’une heure de temps », explique notre interlocuteur.

Malheureusement, Mme Zineb Zerari, agée de 80 ans n’a pu tenir le coup après trois heures au bloc opératoire. Elle rendra l’âme vers 17H hier dimanche, soit 24H après son admission à l’hôpital, nous a expliqué, effondré, son fils.

Il a ajouté que le procureur de la République à Marseille a ordonné l’ouverture d’une enquête à ce sujet ainsi qu’une autopsie. A leur tour les proches de la victime vivant en France ont constitué un avocat et ont déposé plainte contre les policiers en question. « Nous avons déposé plainte et notre avocat se chargera de poursuivre les fautifs. Nous avons également des témoins qui ont vu la scène », a-t-il signalé.

Il faut noter que Mme Zineb Zerari avait un statut de résidente en France. Elle faisait des allers-retours entre les deux pays pour des soins. Elle s’y était rendue, cette fois-ci, pour un contrôle médical, elle était arrivée à Marseille le 4 septembre dernier.

Source : Maghreb Emergent, Lynda Abbou, 03-12-2018


 

 


 

Marseille : un rassemblement en hommage à Zineb Redouane

Source : La Provence, L.D’A., 07-12-2018

Entre 250 et 300 personnes se sont rassemblées dans le calme, ce soir, à l’entrée de Noailles, pour rendre hommage à Zineb Redouane sous les fenêtres de son logement de la rue des Feuillants (1er).

Cette femme, âgée de 80 ans, est décédée dimanche dernier à la Conception au cours d’une opération chirurgicale après avoir été blessée, la veille, par des éléments d’une grenade lacrymogène tirée par les forces de l’ordre et qui l’ont atteint en pleine face alors qu’elle tentait de fermer les volets de son appartement du quatrième étage. Une enquête a été confiée à la police des polices.

Source : La Provence, L.D’A., 07-12-2018

Posté par mariefructus à 10:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 novembre 2018

Au-delà du vote, rassemblement pour la décolonisation de la Kanaky

Le Front unis des quartiers populaires et l’association Survie appellent à un rassemblement le samedi 3 novembre à 14h30 à la Porte d’Aix, à la veille du référendum d’autodétermination de la Kanaky.

Un référendum d’autodétermination de la Kanaky est organisé le dimanche 4 novembre 2018. C’est une étape du processus de décolonisation qui fait suite aux Accords de Matignon de 1988 puis de Nouméa en 1998. La question du référendum est la suivante : « Voulez-vous que la nouvelle Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? ». Mais le référendum ne marquera pas nécessairement la fin du processus de décolonisation car en cas de "Non" les accords de Nouméa prévoient deux autres référendums à deux années d’intervalle.

A la veille de ce référendum ou "consultation sur l’accession de la Nouvelle-Calédonie à la pleine souveraineté" selon le langage officiel de l’Etat français, le Front unis des quartiers populaires et l’association Survie appellent à un rassemblement le samedi 3 novembre à 14h30 à la Porte d’Aix.

Au-delà du vote, des résultats, et des diverses stratégies politiques, ce rassemblement est pour nous l’occasion de réclamer une véritable décolonisation de la Kanaky, de soutenir la volonté d’autodétermination du peuple kanak, et d’exiger la fin des ingérences françaises.

Pour aller plus loin, nous vous proposons quelques articles :

L’association Survie PACA

Posté par mariefructus à 10:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 octobre 2018

La Soleam s’attaque à la Plaine !

Appel à réunion publique des habitants et habitués du quartier de la Plaine, pour discuter et s’organiser contre le projet de requalification voulu par la mairie de Marseille.

Dans le cadre de l’opération de requalification "Grand Centre Ville", la mairie de Marseille a cette fois décidé de s’attaquer à la Plaine... armée d’un budget de 11,5 millions d’euros.

Les études récentes et en cours promettent déjà un "saut qualitatif" du marché populaire, une "montée en gamme" des aménagements de la place Jean Jaurès, des pistes cyclables pour séduire les bobos et des terrasses élargies pour s’acoquiner les patrons de bar. Ces propositions cachent mal le processus de gentrification qu’entendent amorcer les édiles et propriétaires fonciers de notre quartier.

Les Plainards ne comptent pas se laisser usurper leur droit à la parole sur l’avenir de la place, alors que les modalités de la concertation publique prévue dans le cadre du projet s’annoncent déjà bâclées.

RDV Dimanche 11 octobre à 15h sur la place Jean Jaurès, pour parler, s’informer, s’organiser

 

Posté par mariefructus à 10:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 septembre 2018

SOS Méditerranée lance un appel urgent à mobilisation citoyenne

Pétition, manifestations, campagne numérique…

Ces derniers mois, l’Aquarius, affrété par SOS MEDITERRANEE et opéré en partenariat avec Médecins sans Frontières (MSF), a été la cible de manœuvres politiques visant à criminaliser ses équipes et à mettre un terme à sa mission vitale de sauvetage. Après la fermeture des ports italiens et les difficultés récurrentes à trouver un lieu sûr pour débarquer les rescapés, l’Aquarius a été attaqué à deux reprises par l’Etat du pavillon – Gibraltar en août puis Panama qui a annoncé son intention de radier le navire de ses registres. Sans pavillon, l’Aquarius serait contraint de rester à quai, alors qu’aux portes de l’Europe, en l’absence de tout navire de sauvetage civil en Méditerranée centrale, les morts se multiplient. Autant de vies qui disparaissent en silence, tandis que les Etats européens ferment les yeux.
Rappeler aux Etats d’Europe leurs responsabilités en Méditerranée centrale

L’Aquarius doit retourner en mer au plus vite pour sauver des vies. SOS MEDITERRANEE et MSF appellent à une mobilisation citoyenne urgente à l’échelle européenne afin de demander à tous les Etats d’Europe :

• De prendre toutes les mesures pour permettre à l’Aquarius de reprendre sa mission de sauvetage le plus rapidement possible ;
• De faire respecter le devoir d’assistance aux personnes en détresse en mer ;
• D’assumer leurs responsabilités étatiques en établissant un véritable modèle de sauvetage en Méditerranée.

SOS MEDITERRANEE lance une pétition « Sauvons l’Aquarius et le sauvetage en mer » et appelle à des rassemblements citoyens le 6 octobre dans plusieurs villes d’Europe afin de porter ces messages.
Pétition internationale : 1 million de signatures attendues

SOS MEDITERRANEE a choisi la plate-forme WeMove pour porter cette pétition qui peut être signée dès maintenant sur
https://you.wemove.eu/campaigns/sauvons-l-aquarius-et-le-sauvetage-en-mer

La pétition sera accompagnée d’une campagne digitale où chaque citoyen sera invité à se filmer ou à se photographier avec les hashtags #SaveAquarius et #SaveRescueAtSea.
Vague orange le 6 octobre dans les rues d’Europe

Le 6 octobre, une vague citoyenne orange, aux couleurs des gilets de sauvetage et de l’Aquarius, est appelée à descendre dans la rue afin de soutenir les valeurs d’humanité portées par SOS MEDITERRANEE et MSF. Les citoyens, marins, humanitaires, secouristes, artistes, intellectuels, associations, entreprises, mouvements religieux, syndicats et collectivités publiques sont invités à rejoindre les rassemblements pacifiques et apolitiques avec comme seul signe distinctif un t-shirt orange. SOS MEDITERRANEE organisera des rassemblements citoyens dans plusieurs villes d’Europe en Allemagne (Berlin), Italie (Palerme) et en France notamment à Paris, Marseille, Lyon, Nantes, Montpellier, Toulouse, Brest, Bordeaux, Grenoble, Saint-Etienne…
Sauvons l’Aquarius et le sauvetage en mer !

Pour organiser une manifestation, contactez-nous par facebook ou
mobilisation chez sosmediterranee.org
Pour savoir où ça se passe en France, consultez le site :
www.sosmediterranee.org (rubrique événement).

http://www.sosmediterranee.fr/journal-de-bord/CP-SaveAquarius-28-09-2018

P.-S.

à Marseille, rdv sous l’Ombrière à 14h30 le 6 octobre.

Posté par mariefructus à 10:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 août 2018

Aix-en-Provence : Expulsion d’une quinzaine de familles roms

Le 22 août ont été évacués deux terrains occupés par des Roms qui vivent à Aix depuis de nombreuses années, situés entre les quartiers d’Encagnane et du Jas de Bouffan.

Le premier terrain, à la demande de la Municipalité, comme d’habitude. Ces parias ne sont pris en charge par aucun service social, on les expulse, on écrase à peu près tous leurs biens, ils vont reconstruire un peu plus loin. Cela va faire bientôt dix ans que ça dure. La Mairie veut les ignorer, ils ne sont pas des citoyens.

Le second terrain va être détruit par des travaux autoroutiers, c’était incontournable. Mais ils ont été assignés en août 2017 (sous prétexte d’urgence alors que l’expulsion sera appliquée un an plus tard), lorsqu’ils étaient absents. Ainsi aucun des assignés n’a reçu de convocation, cela n’a pas gêné l’huissier. Ils ont reçu la notification de la décision d’expulsion à leur retour, début septembre. Procès en leur absence, l’avocat demandant l’expulsion n’a pas été gêné...il n’a même pas pris la peine d’avertir l’avocate qui les défend depuis des années. La déontologie semble un luxe inutile. Mais un déni de justice pour des Roms a-t-il de l’importance ?

Une instruction ministérielle de 2018 exige que l’on cesse les expulsions sans solution. Belles paroles, le Droit n’est pas pour eux. Rien ne leur est proposé, les services sociaux les ignorent et, parait-il, dans tout le pays d’Aix il n’y aurait aucun terrain disponible... !

Ligue des droits de l’Homme
Section du Pays d’Aix-en-Provence

Posté par mariefructus à 10:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juillet 2018

Mouvement de grève très suivi au Macdo de Sainte Marthe

Relayé de puis Mille Babords :)

Les salariés du restaurant Macdonald de Sainte Marthe dans le 14ème arrondissement de Marseille sont en grève. Samedi 21 juillet après-midi l’établissement était complètement arrêté et une centaine de personnes, employés et clients solidaires, étaient rassemblés vers 17H30 sur la terrasse à l’appel des syndicats Sud, FO, UNSA, CFDT, CFE-CGC et SQPM (Syndicat des quartiers populaires de Marseille).

De grandes affiches étaient placardées sur les vitrines du restaurant dont le groupe américain a décidé récemment de se séparer en le franchisant, avec pour conséquence la perte de tous les avantages acquis de 77 salariés déjà bien exploités, avec des smics à temps partiel imposé - 800 € pour 33 H hebdomadaires (hommes et femmes) -, a expliqué Tony pour le syndicat SUD Hôtellerie-restauration. Ces 77 emplois, dans le bassin d’emploi des quartiers Nord déjà très défavorisé, sont voués au Pôle emploi si le restaurant ferme, a ajouté Kamel pour le syndicat FO, en rappelant qu’aux alentours sont également menacés de fermeture et en grève le Centre social de la Busserine, l’Ecole de la Viste et la crèche de l’Oeuf.
Sur un banc un huissier prenait des notes avec application : il refusé de prendre le micro que lui tendaient les syndicalistes.
Outre les Macdo d’Aix en Provence et de Sainte Marthe, trois autres établissements du centre-ville de Marseille ont annoncé vendredi qu’ils rejoignaient ce mouvement de grève pour contester leur franchisation. Ils dénoncent tous le fait que le groupe Macdo prélève de grosses sommes sur ses franchisés français, sommes qui ne sont pas déclarées en France où il ne paye pas d’impôts, commentent aussi les syndicats.

Posté par mariefructus à 17:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]