Marseille au coeur

19 avril 2019

Appel au soutien de la lutte des personnels sous-traités de l’hôtel « NH Collection » Marseille

Je relaie aujourd'hui cet appele à soutien pour une lutte exemplaire de femmes de ménages à Marseille; Tout mon respect et mon soutien !

--

Le secteur hôtelier marseillais est de nouveau secoué par un mouvement social dénonçant le système d’exploitation de la sous-traitance, déjà plus d’une quinzaine en trois ans ! Cette fois-ci ce sont les femmes de chambre et équipières, sous-traitées par ELIOR à l’hôtel NH Collection à la Joliette qui sont en grève reconductible depuis le 11/04, avec le soutien de leur syndicat CNT-Solidarité Ouvrière.

Comme souvent derrière la vitrine luxueuse et lucrative de l’hôtel se cache les pratiques sociales douteuses des sous-traitants. Dans son genre, ELIOR est un super-champion de l’exploitation qui s’est fait connaître récemment en obtenant des tribunaux l’annulation et le remboursement des avantages acquis pour des dizaines de salarié.e.s, grâce à une disposition de la loi Travail.
Leurs pratiques quotidiennes sont fidèles à leur réputation ! Depuis la reprise du chantier, il y a 3 mois, les salarié.e.s dénoncent : les pointages irréguliers, les nombreuses heures impayées, les retraits sur salaires indus ou le non-versement intégral de primes.

L’équipe du « NH Collection » est déterminée pour obtenir gain de cause face à ces patrons voyous et pour gagner de nouveaux acquis ! Les grévistes revendiquent : paiement de toutes les heures de travail manquantes ; versement des indemnités repas et transport ; remboursement des retenues sur salaires abusives ; versement d’une prime exceptionnelle en compensation du préjudice ; augmentation des qualifications dans la grille de salaire conventionnelle ; majoration du dimanche à 50% ; 13° mois ; organisation du travail respectueuse de la vie privée.

La direction régionale d’ELIOR voudrait choisir ses interlocuteurs syndicaux et refuse toute négociation avec la CNT-Solidarité Ouvrière, seule organisation du site. Les salarié.e.s ne comptent pas céder à ce chantage !
Nous invitons le donneur d’ordre, le groupe NH Collection, a prendre ses responsabilités sociales et ne plus se cacher derrière son sous-traitant. C’est l’exploitation des invisibles de la sous-traitance qui remplit vos caisses, il est temps que le fruit de leur travail leur revienne !

La CNT-Solidarité Ouvrière appelle à la solidarité avec les grévistes
- en participant au piquet de grève festif devant l’hôtel (RDV le matin à 9H à l’angle de la rue de la République et du Bd des dames) et
- en faisant un don à la caisse de grève (https://www.lepotcommun.fr/pot/mcvvrkn0) pour permettre à la lutte de durer.

Posté par mariefructus à 10:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2019

Il est temps ! Manifeste pour une Europe des libertés

C'est bientôt les élections européennes ! A cette occasion, l'Union Sociale Dméocratique a publié un manifeste intitulé "Il est temps" :

Il est temps ! Manifeste pour une Europe des libertés

Au sortir de la seconde guerre mondiale, l’Union européenne, en rassemblant pacifiquement des peuples de langues et de cultures différentes, a prouvé qu’il était possible de sortir des logiques barbares induites par les nationalismes. Cependant, à l’image des gouvernements qui l’ont mise en œuvre, l’Union européenne participe, en tant que superstructure politique et économique à l’accélération des politiques austéritaires qui enferment les travailleurs dans une précarité et une servilité de plus en plus accrue, tout en renforçant la compétition entre eux.

Par ces politiques de récession sociale généralisées, les nationalismes et la xénophobie se réveillent chaque jour davantage.

Le 26 mai 2019 se dérouleront les élections afin d’élire les représentants français au Parlement Européen.
 
Il est temps de construire une Europe libérée de l’exploitation et de la mise en concurrence des travailleurs, avec une harmonisation sociale par le haut et de nouveaux droits pour les travailleurs et sans-emplois.
Il est temps de construire une Europe ou la démocratie ne se résume pas à choisir des représentants qui siégeront dans une institution faible. Nous voulons que partout, jusqu’au cœur même de chaque entreprise, les travailleurs puissent opérer leurs propres choix.
Il est temps de construire une Europe libérée des pollueurs, où chacun pourra se nourrir correctement, respirer un air pur et bénéficier d’un environnement préservé.
Il est temps de construire une Europe des biens communs, ou l’eau, le logement, la santé et l’énergie seront garantis à toutes et tous.
Il est temps de construire une Europe libérée du patriarcat et des atteintes aux libertés. Nous voulons que partout, dans chaque pays, les femmes et les hommes soient libres de leurs sexualités et de la disposition de leurs corps. Nous voulons que les enfants ne soient plus privés des droits juridiques et sociaux.
Il est temps de construire une Europe ouverte et accueillante. Nous voulons une véritable politique d’accueil et d’asile des migrants et réfugiés, et la fin de cette Europe-forteresse qui laisse des milliers d’êtres humains mourir à ses frontières.
Il est temps de construire une Europe post-coloniale, qui soutient, en son sein comme partout dans le monde, le droit à l’autodétermination et la lutte contre les différents impérialismes. Nous voulons interdire les exportations d’armes ainsi que sortir de l’OTAN.
 
Il est temps de construire ensemble une Europe des libertés.
 
Le mouvement social en cours en France impose de ne pas rester enfermer dans des logiques institutionnelles et bureaucratiques. Cette formidable aspiration démocratique ne peut se retrouver réduite uniquement à un débouché électoral. Aujourd’hui au Soudan et en Algérie, les peuples nous montrent que la voie du changement est entre nos mains, dépassant les logiques de représentation.
 
Pour l’Union Sociale Démocratique – USD, il est temps que les peuples européens se lèvent, luttent et construisent ensemble une nouvelle Europe, celles des libertés.
 
Union Sociale Démocratique - USD

 

Posté par mariefructus à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2019

Parce que la mort de Zineb Redouane est l’affaire de tou.te.s

Parce que la mort de Zineb Redouane concerne tout le monde, des membres de sa famille et amies créent le Comité Vérité, Justice et Dignité pour Zineb. Sa fille Milfet Redouane et son amie Imen Souames reviennent sur ce qui s’est passé, les zones d’ombre de l’affaire et la nécessité d’obtenir vérité et justice.

Zineb Redouane est décédée à 80 ans, à la suite d’un arrêt cardiaque au bloc opératoire à Marseille le 2 décembre 2018. Elle avait reçu une grenade lacrymogène au visage en marge des manifestations du 1er décembre contre le mal-logement et de l’acte 3 des Gilets Jaunes.

Voir la vidéo ICI : https://vimeo.com/328190119

Posté par mariefructus à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2019

Gilets Jaunes : face à la répression, la détermination reste intacte et renouvelée

Partout en France, le mouvement des gilets Jaunes ne faiblit pas malgrè le mépris et la répression. Je vous partage ici le communqié à ce sujet de l'Union Sociale Démocratique, publié le 24 mars 2019 :

Gilets Jaunes : face à la répression, la détermination reste intacte et renouvelée

Ce samedi 24 mars, les Gilets Jaunes ont a nouveau reconquis l'espace public partout en France afin de protester contre la précarité de plus en insupportable qui touche notre pays.

Le gouvernement est passé à la vitesse supérieure et a pris des mesures particulièrement strictes concernant l' "ordre public", pour rattraper le retard qu'il avait pris en croyant que le Grand Débat avait clos la séquence du mouvement jaune.

Après la loi anti-casseurs, et les nombreuses mutilations qui ont été commises en toute impunité pendant que des centaines d'autres manifestants étaient interpellés, c'est aujourd'hui le tour de nouvelles annonces du gouvernement : la nomination d'un nouveau préfet pour qu'il soit moins "laxiste" que son prédécesseur, ainsi que de l'interdiction de manifester dans certaines zones d'hypercentre des grandes villes, et l'armée déployée pour sécuriser les bâtiments officiels. L'application de ces nouveautés s'est vue au travers du dix-neuvième acte du mouvement, où des centaines de Gilets Jaunes se sont fait interpeller partout en France pour avoir transgressé l'interdiction de manifester.

Malgré une répression très violente pour le samedi 23 mars, les Gilets Jaunes, partout en France, sont parveus à reprendre la rue.

L'impressionnante détermination à continuer de se battre exprimée par le mouvement est partagée par l'Union Sociale Démocratique.

Face au cynisme du gouvernement et à la brutalité de ses forces de l'ordre, nous appelons à l'amplification du mouvement jusqu'à la satisfaction comlète des revndications suivantes : hausse du SMIC et des minimas sociaux, rétablissement de l'ISF, gel des taxes et des prix de l'énergie et amnistie totale des Gilets Jaunes poursuivis et incarcérés.

Union Sociale Démocratique - USD

Posté par mariefructus à 11:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 février 2019

Articuler luttes et propositions concrètes : un objectif révolutionnaire.

Ce week-end se déroulait le congrès de l’Union Sociale Démocratique à Marseille.

Beaucoup de monde (on me dit 200 dans l’oreillette !), des débats enflammés, des ateliers passionnants, et beaucoup de fatigue ! Je suis très heureuse que les adhérentes et adhérents de notre mouvement m’aient fait confiance en m’élisant déléguée nationale de l’USD, aux côtés d’Etienne Felard, qui fort de de son expérience, saura m’accompagner ! Un grand merci à Jonathan Dima-Ruggiano, délégué national sortant qui ne se représentait pas, pour son soutien et ses conseils.

Je vous l’avoue, organiser un tel évènement en moins d’un mois fut un défi éprouvant, mais passionnant, et rien n’aurait été possible sans l’aide d’Ahmed Djourhi, dont je suis fière d’annoncer l’élection au sein de la coordination nationale de l’USD. Désormais, nous sommes deux marseillais dans les instances de notre mouvement, fiers de porter l’esprit sudiste !

Côté programme, c’est le texte intitulé « « Unité, Solidarité, Ecologie : face au capitalisme, un nouveau contrat social et écologique. » qui devient la feuille de route de l’USD pour les prochaines années. En résumé, il s’agit d’articuler luttes sociales/environnementales et propositions concrètes, tout en ne perdant pas de vue un objectif transformateur/révolutionnaire !

A Marseille, je vous donne rendez-vous mardi 26 février à partir de 20h30 pour une réunion consacrée aux luttes locales (mal-logement, régie publique) et à l'actualité nationale (Gilets Jaunes, européennes). Les infos sont ici : https://unionsocialedemocratique.asso-web.com/evenement-175-reunion-de-lusd-13.html

Amitiés militantes !

Marie Fructus.

Posté par mariefructus à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 février 2019

Manifestation contre les violences policières et le racisme

Posté par mariefructus à 19:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 janvier 2019

Aller de l'avant, ensemble !

Union Soci@le DémocratiqueDepuis des mois, une part de plus en plus importante de la population se révolte, tous les weekends, contre la précarité et pour la justice fiscale. L'unique réponse du gouvernement ? Une répression brutale, à laquelle vient s'ajouter un projet législatif liberticide.

La situation que vit actuellement notre pays exige que nous portions des solutions novatrices, ensemble.

Les 9 et 10 février 2019, se tiendra, à Marseille, le congrès extraordinaire du mouvement dans lequel je suis engagée, l'Union Sociale Démocratique (USD).

Déjà animatrice du groupe de travail "Les écologistes" au sein du mouvement, j'ai pris la décision d'accentuer mon engagement en présentant ma candidature à la délégation nationale de l'USD.

Mon ambition se résume à une phrase : articuler de façon complémentaire la nécessaire transition écologique et énergétique, avec un changement radical du système économique et démocratique.

Un grand projet qui ne se fera pas sans vous !

Bref, les 9 et 10 février, rendez-vous à Marseille !

Marie Fructus

 

La page web du congrès : https://unionsocialedemocratique.asso-web.com/evenement-162-congres-2019-de-lusd.html

Posté par mariefructus à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 décembre 2018

#BalanceTonTaudis

Le journal "La Marseillaise" à lancé la plateforme BalanceTon Taudis afin de localiser sur la ville les différents immeubles insalubres ou menançants de s'effondrer : http://www.lamarseillaise.fr/balancetontaudis 

Posté par mariefructus à 09:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 décembre 2018

Zineb Redouane, octogénaire décédée suite à une blessure par une grenade lacrymogène

Il est possible que vous n’ayez même pas entendu le nom de cette octogénaire, décédée à Marseille, semble-t-il des suites d’une blessure par une grenade lacrymogène.

La faible couverture médiatique des exactions d’une poignée de forces de l’ordre est parfois problématique, surtout quand on la compare à celle des exactions d’une poignée de manifestants…

Source : France TV info, AFP, 04-12-2018

Des plots de grenade ont été découverts chez la femme, qui résidait près de la Canebière où ont éclaté les violents incidents samedi.

Une manifestation de “gilets jaunes” à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 1er décembre 2018. (MAXPPP)

Un drame et des questions. Une femme de 80 ans est morte, dimanche 2 décembre, lors d’une opération chirurgicale après avoir été blessée la veille chez elle par des éléments d’une grenade lacrymogène. Le projectile a été tiré pendant des heurts qui ont opposé les forces de l’ordre à des manifestants lors de la mobilisation des “gilets jaunes” à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Quand a eu lieu le drame ?

La journée du samedi 1er décembre a été marquée par plusieurs manifestations dans la cité phocéenne, à l’appel des “gilets jaunes”, de la CGT mais aussi d’un collectif né après la mort de huit personnes dans l’effondrement de deux immeubles le 5 novembre dans le centre-ville. En fin de journée, de violents incidents ont éclaté, sur le Vieux-Port, puis sur la Canebière. Les CRS se sont retrouvés en sous-nombre.

Des grenades ont été tirées “dans tous les sens”, rapportent des témoins, cités par La Provence. “La situation était très tendue, c’était bouillant, on a pris des pavés”, explique également une source policière à Mediapart.

Comment l’octogénaire a été touchée par un lacrymogène ?

Zineb Redouane, née en juillet 1938 et de nationalité algérienne, fermait les volets de son appartement samedi, au quatrième étage d’un immeuble de la rue des Feuillants, dans le 1er arrondissement de Marseille, proche de la Canebière, lorsqu’un projectile l’a heurtée au visage.

La victime, une femme “à la santé fragile”, était “en train de fermer ses volets pour éviter les fumées de bombes lacrymogènes et en a reçu une en pleine face”, a assuré à l’AFP Salim Moussa, avocat d’une amie de la victime qui habite l’immeuble en face.

“Samedi vers 17h30, entendant le brouhaha dans la rue, ma mère en refermant les volets de sa fenêtre pour éviter les fumées a croisé le regard d’un CRS positionné en face de son immeuble. Celui-ci l’a immédiatement mise en joue et a tiré une grenade avec son fusil, il l’a atteinte en plein visage. Ses voisins l’ont immédiatement évacuée à l’hôpital”, raconte pour sa part son fils Sami Redouane au site algérien Maghreb Emergent.

Ce témoignage va dans lemême sens que ceux des voisins de la victime. “Quand je suis arrivée, témoigne Nadja à Libération, elle sortait de la salle de bains une serviette en sang sur la mâchoire. Elle criait : ‘Ils m’ont visée, ils m’ont visée !’ L’appartement était rempli d’une fumée noire. Elle m’a racontée que deux policiers en tenue se trouvaient sur le trottoir d’en face de la Canebière et lui ont tiré dessus.”

Interrogée par Mediapart (article payant), une source policière marseillaise est pour sa part sceptique sur l’origine du projectile. Ilindique ainsi que les lance-grenades sont conçus avec un coude pour éviter les tirs tendus et ne peuvent tirer qu’en parabole. “Normalement ça sert à défendre contre des assaillants, pas à tirer sur un immeuble et comme ça part en parabole, ça semble compliqué d’atteindre un quatrième étage”, développe cette source.

Où en est l’enquête ?

Transportée à l’hôpital, l’octogénaire y a été opérée mais est morte “d’un choc opératoire”, a déclaré le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux. Elle a été victime d‘”un arrêt cardiaque sur la table d’opération”, a-t-il précisé.

L’autopsie a révélé que le “choc facial n’était pas la cause du décès”. Des plots de grenade ont pourtant été retrouvés chez la victime. Plus précisément, il s’agit de deux capsules actives de 10 grammes de gaz projetés par les grenades MP7, développe La Provence. Une fois lancée, chacune libère sept palets qui dégagent un épais nuage gazeux.” Une enquête de l’IGPN a été ouverte.

Source : France TV info, AFP, 04-12-2018


GILETS JAUNES: «L’ALGÉRIENNE TUÉE À MARSEILLE A ÉTÉ DIRECTEMENT VISÉE PAR LES POLICIERS»

Source : Maghreb Emergent, Lynda Abbou, 03-12-2018

Contacté par Maghreb Émergent, Sami Redouane, le fils de l’octogénaire algérienne Zineb Zerari épouse Redouane, décédée hier à Marseille, en France, suite à une blessure lors des émeutes des « gilets jaunes » samedi, a déclaré que deux policiers ont délibérément tiré une grenade lacrymogène sur sa mère.

« Samedi vers 17h30, entendant le brouhaha dans la rue, ma mère en refermant les volets de sa fenêtre pour éviter les fumées, a croisé le regard d’un CRS positionné en face de son immeuble. Celui-ci l’a immédiatement mise en joue et a tiré une grenade avec son fusil, il l’a atteinte en plein visage. Ses voisins l’ont immédiatement évacuée à l’hôpital », raconte Sami Redouane.

Le fils qui vit à Alger et qui n’a pas le visa a pu avoir un très court échange avec sa mère au téléphone avant son agonie. Il a aussi échangé avec le docteur qui avait pris en charge sa mère et qui l’avait pourtant rassuré.

« Le médecin chirurgien m’a dit que ma mère souffrait d’une fracture au niveau de la mâchoire supérieure et qu’il lui fallait une intervention chirurgicale bénigne qui ne nécessitait pas plus d’une heure de temps », explique notre interlocuteur.

Malheureusement, Mme Zineb Zerari, agée de 80 ans n’a pu tenir le coup après trois heures au bloc opératoire. Elle rendra l’âme vers 17H hier dimanche, soit 24H après son admission à l’hôpital, nous a expliqué, effondré, son fils.

Il a ajouté que le procureur de la République à Marseille a ordonné l’ouverture d’une enquête à ce sujet ainsi qu’une autopsie. A leur tour les proches de la victime vivant en France ont constitué un avocat et ont déposé plainte contre les policiers en question. « Nous avons déposé plainte et notre avocat se chargera de poursuivre les fautifs. Nous avons également des témoins qui ont vu la scène », a-t-il signalé.

Il faut noter que Mme Zineb Zerari avait un statut de résidente en France. Elle faisait des allers-retours entre les deux pays pour des soins. Elle s’y était rendue, cette fois-ci, pour un contrôle médical, elle était arrivée à Marseille le 4 septembre dernier.

Source : Maghreb Emergent, Lynda Abbou, 03-12-2018


 

 


 

Marseille : un rassemblement en hommage à Zineb Redouane

Source : La Provence, L.D’A., 07-12-2018

Entre 250 et 300 personnes se sont rassemblées dans le calme, ce soir, à l’entrée de Noailles, pour rendre hommage à Zineb Redouane sous les fenêtres de son logement de la rue des Feuillants (1er).

Cette femme, âgée de 80 ans, est décédée dimanche dernier à la Conception au cours d’une opération chirurgicale après avoir été blessée, la veille, par des éléments d’une grenade lacrymogène tirée par les forces de l’ordre et qui l’ont atteint en pleine face alors qu’elle tentait de fermer les volets de son appartement du quatrième étage. Une enquête a été confiée à la police des polices.

Source : La Provence, L.D’A., 07-12-2018

Posté par mariefructus à 10:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 novembre 2018

Au-delà du vote, rassemblement pour la décolonisation de la Kanaky

Le Front unis des quartiers populaires et l’association Survie appellent à un rassemblement le samedi 3 novembre à 14h30 à la Porte d’Aix, à la veille du référendum d’autodétermination de la Kanaky.

Un référendum d’autodétermination de la Kanaky est organisé le dimanche 4 novembre 2018. C’est une étape du processus de décolonisation qui fait suite aux Accords de Matignon de 1988 puis de Nouméa en 1998. La question du référendum est la suivante : « Voulez-vous que la nouvelle Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? ». Mais le référendum ne marquera pas nécessairement la fin du processus de décolonisation car en cas de "Non" les accords de Nouméa prévoient deux autres référendums à deux années d’intervalle.

A la veille de ce référendum ou "consultation sur l’accession de la Nouvelle-Calédonie à la pleine souveraineté" selon le langage officiel de l’Etat français, le Front unis des quartiers populaires et l’association Survie appellent à un rassemblement le samedi 3 novembre à 14h30 à la Porte d’Aix.

Au-delà du vote, des résultats, et des diverses stratégies politiques, ce rassemblement est pour nous l’occasion de réclamer une véritable décolonisation de la Kanaky, de soutenir la volonté d’autodétermination du peuple kanak, et d’exiger la fin des ingérences françaises.

Pour aller plus loin, nous vous proposons quelques articles :

L’association Survie PACA

Posté par mariefructus à 10:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]